De l’INRA au Cinéma

Bon, c’est pas mon genre de bloguer pour raconter ma journée. Mais bon là j’ai quand même fait deux trucs sympa dans la même journée : une seconde visite de l’INRA duquel je vous parle depuis des jours, et la Nuit du Cinéma autour de laquelle j’aimerais communiquer, parce que c’était vraiment sympa.

Donc après une demi-journée de cours, je me dirige aux environs de midi vers le bâtiment dans lequel j’ai envie de bosser plus tard (si vous aviez pas encore compris là) pour la deuxième fois de ma vie : l’INRA ! J’y ai en fait rendez-vous à 14h avec la maitre de stage du stage de Master qui m’intéresse plutôt beaucoup : A. Attard de l’équipe Interactions Plantes-Oomycètes, qui bosse sur… l’interaction entre une plante et un oomycète ! Si si ! Mais du côté plante du mécanisme et à un stade bien précis de la pénétration. Bref, de la phytopathologie pure 😀

D’abord c’est quoi un oomycète ? Pour les non-biologistes d’entre vous je serais tenter de répondre « un champignon ». Bien sûr, je me ferais laminer par la partie biologiste d’entre vous. Les oomycètes sont donc des protistes (eucaryotes unicellulaires) filamenteux biflagellé. Et la vous êtes pas plus avancés. Je vous renvoie donc sur wikipedia.

Les oomycètes sont des parasites de beaucoup de plantes, en particulier la tomate, d’où les enjeux économiques derrière l’étude de cette interaction. Le but, c’est de comprendre la régulation des gènes pendant l’infection, afin de pouvoir faire de l’amélioration des plantes visant à réduire ou supprimer la capacité d’infection du pathogène – ici Phytophthora vis à vis de la plante. Evidemment, pour que ce soit plus simple pour nous on bosse sur l’arabette des dames (Arabidopsis thaliana), une plante que l’on connait bien, malgré qu’elle ne soit pas un hôte de Phytophthora (mais on a quand même l’intention d’appliquer ce qu’on trouve à la tomate au bout d’un moment :p).

Agnès Attard m’a donc expliqué en quoi consisterait le stage s’il s’avérait que j’aille là : les différentes étapes (aspects phénotypiques et génotypiques de l’analyse par exemple) et en gros comment se déroulerait le stage. En dehors du fait que c’est vraiment ce que j’ai envie de faire, l’aspect humain m’a ravi, puisque les membres de l’équipe ont tous l’air vachement sympa. J’espère avoir ce stage parce que ça va être cool je le sens !

Je rentre chez moi en fin d’après-midi pour repartir en début de soirée pour la 2ème nuit du cinéma organisée par la FACE06. Concrètement, cela consiste en une nuit entière passée au cinéma (de 21h30 à 8h) à regarder des films élus par la communauté étudiante. Bon, on ne m’a pas dit que du bien de cet évènement, alors jvoulais voir moi-même. Eh bien, franchement, c’était cool. On s’est bien amusés, l’ambiance était au rendez-vous (mention spéciale à Polytech, les gens là-bas sont complètement barrés) même quand le vidéoprojecteur s’est mis à déconner, et surtout quel organisation ! Pour faire de l’associatif, je peux vous dire qu’on sent le gros boulot derrière ça. Par contre je me demande encore comment ils ont pu financer tout ça… On a quand même eu 4 films, des M&M’s, des boissons à volonté, du pop-corn, le petit dej, des cadeaux tout pleins… le tout pour 12 € quoi. Quand comme moi on a vu AUCUN des 4 films, c’est tout bénef !

C’est donc avec Grand Torino que les hostilités commencent. Un très bon film, que je vous recommande vraiment. Etant déjà crevé avant d’y aller, dès la fin du film vers minuit j’étais déjà un peu endormi… qu’à cela ne tienne ! A la pause, on sort et on se retrouve avec les mains chargées de canettes de Burn, de Coca et de Powerade… Tout ce qu’il fallait pour mater le deuxième film, Invictus, qui démarre juste après un petit quizz permettant de gagner des goodies sympa. Un film d’un genre totalement différent mais sacrément efficace. La encore, je vous le recommande.

On part ensuite, après la pause Pop corn, une tombola pour gagner des places de cinés (et bien sûr j’ai perdu), et une autre tombola pour gagner des cadeaux plus ou moins sympa (mais bien sûr j’ai perdu), sur le film Into the Wild. La par contre j’adhère moins. Un film psychologique et tout ce qu’on voudra, mais c’est pas mon trip, surtout à 4 heures du matin. Jme suis donc endormi ci et là pendant le film et j’attendais la fin avec impatience. Surtout que j’avais bu tellement de Burn que mes muscles bougeaient tout seuls. Nouvelle pause, nouveaux lots de boissons (ne buvez jamais du Burn blanc, c’est infect), nouvelle tombola pour gagner un smartphone (et évidemment, j’ai encore perdu), distribution de goodies, puis début de Match Point. La, c’est la débâcle. Le scénario du film est déjà en carton. Mais à 6h30 c’est juste impossible. J’ai donc dormi la plupart de la première partie du film, puis c’est devenu un peu plus intéressant et la salle finissait par bien se marrer devant l’improbabilité du truc. Bref, 8h45, fin du show avec 45 minutes de retard… enfin presque, puisque café, chocolats chauds, jus d’orange et de pommes et bien sûr croissants nous attendait dehors.

Un évènement bien sympa donc, qui réunissait pas mal de BDE in fine. A refaire l’an prochain, mais avec d’autres gens de préférence ! :p

Publicités
Cet article a été publié dans A piece of my life. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s