La garantie est une arnaque

Salut !

Je blogge aujourd’hui pour vous parler de quelque chose qu’il me semble important que quelqu’un vous dise, puisque la plupart des concernés ne le feront pas. Cela concerne la garantie à laquelle vous avez droit lorsque vous achetez un produit au sein de l’Union Européenne, qui que soit le vendeur.

Sachez-le, la garantie n’est pas un simple cadeau donné par votre vendeur préféré lorsque vous achetez quelque chose ni un artifice que l’on tente le plus souvent vainement de vous faire acheter. C’est avant tout un devoir, codifiée par une loi européenne, reprise par le code civil des états membres de l’UE. Et cette loi, la voici : tout produit vendu au sein de l’union européenne est garanti comme étant ni défectueux, ni non-conforme à sa description, pendant une durée de deux ans.

Lorsque vous achetez un produit et que celui-ci est garanti un an, six mois, ou même deux semaines, c’est du vent. Cela signifie simplement que le vendeur justifie de vendre un produit plus cher que ce qu’il devrait coûter en inventant une protection supplémentaire visant à rassurer le client sur une durée pour laquelle il est sur a 95 % que le produit ne cassera pas. Même si votre ordinateur, chaine hi-fi, ou console de jeux n’est plus sous garantie vendeur, il reste sous garantie vendeur pendant deux ans après la date d’achat. Le vendeur ne vous le précisera pas, mais il est tenu d’effectuer une réparation ou un remplacement même si sa garantie n’est plus active si le produit a été vendu depuis moins de deux ans. Si vous cassez votre sèche-cheveux garanti 6 mois au bout de 8 mois, il sera quand même possible de l’échanger ! Toutes les informations concernant les applications de cette loi peuvent se trouver sur le site de l’union européenne, en cliquant ici.

Evidemment, cette loi dont presque personne ne connait l’existence est là pour empecher les abus : l’union européenne considère qu’un produit ne doit pas être construit à la va-vite et doit fonctionner pendant deux ans au minimum avant que le client doive en racheter un autre. Elle n’oblige toutefois pas le vendeur a signaler que c’est le cas, d’où le fait qu’aucun vendeur ne vous en parlera.

Bien. Maintenant que vous savez que cette loi existe, vous n’allez plus jeter vos produits de moins de deux ans. Reste à savoir comment faire pour l’appliquer. Et ça, c’est bien plus dur.

Parce que si vous retournez un produit a un commerce de proximité en lui indiquant la loi en question (vous pouvez lui amener une impression du lien que je vous ai donné ou même un article de loi, car il n’a pas forcément conscience de cette loi) il y a des chances pour que vous puissiez trouver un arrangement. En revanche, si vous vous attaquez a une multinationale ou un gros distributeur, sachez qu’ils vont TOUT FAIRE pour vous envoyer sur les roses, ignorer, faire semblant de ne pas comprendre, et faire trainer en longueur. Bref, vous allez au devant soit d’un abandon de votre part à faire respecter vos droits, ce qui est quand même assez dramatique, soit vers un procès contre une armée d’avocats, que vous n’êtes même pas sûr de gagner. Voila comment fonctionne une grande arnaque du monde moderne – vous avez beau être dans votre droit, vous n’avez aucune chance et devez vous en remettre aux garanties vendeur inventées pour mieux vous tromper si vous voulez avoir une chance d’obtenir réparation.

Récemment, j’ai tenté de faire valoir mes droits au sujet d’un ordinateur portable acheté il y a un an et demi et pour lequel un ventilateur n’est plus fonctionnel, auprès de deux grands empires : la FNAC et HP. J’ai donc commencé par appeler en toute cordialité le SAV de Fnac.com pour l’informer de l’existence de cette loi et lui demander de reprendre mon ordinateur. La réponse est sans appel – Premier (faux) argument : « cette loi n’est pas encore passée monsieur« . Evidemment, j’ai d’abord supposé que c’était le cas puisque ça arrive. J’ai donc contacté directement l’union européenne par le biais du numéro vert sur leur site. Celui-ci m’a confirmé la loi et redirigé vers le centre européenne des consommateurs. Celui-ci m’a expliqué de la loi était en vigueur depuis 1999 et conseillé d’aller voir la FNAC, article et conditions générales de vente de FNAC.com en main.

Le lendemain, me voici au SAV de la FNAC ou un technicien fait d’abord mine de pas comprendre ce dont je lui parle. Ensuite, la mémoire lui revient subitement, et il m’appose une grande spécialité des revendeurs. Deuxième (faux) argument : « ah oui en effet mais ça il faut voir avec le constructeur directement« . Le mec pousse même le vice suffisament loin pour me tenir la jambe en me disant que certains constructeurs respectent cette loi, d’autres non, et qu’il n’y a alors rien à faire. Mais la chance est avec moi, ce n’est pas le cas d’HP ! Il regarde mon ordi, et affirme devant la mention « 1y1y0y », mentionnée sur l’étiquette, que cela signifie qu’il y a 1 an + 1 an de garantie et que donc je peux les yeux fermés envoyer mon ordi à HP qui le réparera. Cool ! Sauf que la loi stipule que le constructeur n’a rien avoir dans l’affaire, c’est au vendeur de payer la casse. De plus, la mention indiquée, comme je le découvrirais plus tard, ne signifie pas du tout qu’il y a deux ans de garantie. Le technicien a probablement fait ce qu’on lui demande de faire en tel cas : baratiner.

De retour chez moi, je vais sur le site du SAV d’HP et j’appelle le numéro indiqué, car il arrive parfois que certains constructeurs puissent s’arranger avec les vendeurs pour prendre eux mêmes en charge des produits afin de s’assurer qu’il y a bien un vrai problème. Une femme décroche et je lui explique la situation. Au début, j’ai sérieusement l’impression qu’elle ne comprend pas du tout ce que je lui demande. De fil en aiguille, elle va se renseigner, puis me dit toujours qu’il n’y a qu’un an de garantie sur les ordinateurs. J’insiste. Je parle du technicien FNAC, de l’UE et du Centre Européen des Consommateurs. Finalement, elle me demande de lui envoyer la photo de l’étiquette identifiée par le vendeur et la facture. Et c’est la que l’opération « crache des sous et nous gonfle pas » entre dans une nouvelle phase alors que je suis directement contacté par une nouvelle personne du SAV FNAC sur mon téléphone, probablement un responsable. Et bim ! troisième (faux) argument : « vous avez mal compris cette loi monsieur, elle signifie que si dans les deux mois qui suivent vous trouvez un défaut, vous devez le signaler, et ensuite on vous fait une garantie de deux ans au cas ou le défaut porte préjudice. En plus de n’avoir aucun sens, c’est évidemment faux – ça signifie que vous devez simplement signaler un défaut dans les deux mois qui suivent sa découverte afin de pouvoir profiter de la garantie, mais vous avez évidemment deux ans pour le découvrir, ce défaut.

Bref je pourrais insister mais HP me renverrait probablement chez la FNAC et on ne sortirait plus de ce cercle vicieux. Comme j’ai les moyens d’effectuer cette réparation sans trop dépenser, je laisse tomber. Cette histoire peut simplement vous montrer le niveau de mauvaise foi auquel chacun peut recourir pour éviter de respecter la loi. Et malheureusement, les autorités sont très efficaces pour mettre des lois qui protègent l’individu en vigueur, mais très peu pour les faire appliquer. Voici quelques faiblesses de cette loi qui permettent aux grands arnaqueurs de faire ce qu’ils veulent :

  • On peut vous refuser la garantie si l’on suppose que VOUS avez provoqué le défaut. Malheureusement, « supposer » veut tout et rien dire. Si cela fait plus de 6 mois que vous avez acheté l’appareil, la justice pourrait vous demander d’avoir vous à prouver que c’est un défaut de conception au lieu de demander au constructeur de prouver que ça n’en est pas un. Une situation cocasse quand on sait que dans le cas d’un ordinateur portable pour lequel un ventilateur ne fonctionne pas, ouvrir l’ordinateur pour vérifier si c’est une casse, une usure, un encrassage ou un défaut de conception revient à… annuler automatiquement la garantie !
  • L’UE et le Centre Européen des Consommateurs sont les premiers à vous enhardir pour aller combattre les vilains vendeurs qui ne respectent pas la loi. Sauf que eux ne font rien pour vous car ils ne peuvent intervenir qu’en cas de conflit entre citoyen d’un pays et vendeur d’un autre pays !

Si je vous dit ça c’est pas forcément pour vous décourager a faire valoir vos droits mais surtout pour vous prévenir des arguments qu’on peut tenter de vous balancer à la figure si vous le faites. En tout cas, en ce qui me concerne, ça m’a fait réfléchir. Si j’étais vous, je réfléchirais à l’éventualité d’acheter un produit chez un petit commerçant plutôt qu’une grande boite !

PS : Sachez que la loi comprend un paragraphe sur les produits d’occasions, qui ne sont pas soumis à cette garantie de deux ans de façon obligatoire. En revanche, le vendeur est obligé de laisser au moins un an de garantie, ce qui signifie que quand vous allez acheter un jeu vidéo garanti 6 mois chez Escromania, il est en fait garantie un an !

Publicités
Cet article a été publié dans A piece of my life. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s