Infographie : les régimes qui dominent le monde

Salut !

Je vous propose aujourd’hui de parler un peu politique, mais pas trop quand même. J’arrivais pas à savoir combien il y a de partis de gauche et de droite dans le monde, alors jme suis documenté et j’ai regardé l’orientation des partis au pouvoir de tous les pays du monde. Et comme ça, j’ai rempli une carte avec différentes couleurs ! Ci-dessous :
En Rouge, les pays à régime communiste
En Rose, les pays dirigés par un parti de gauche ou centre-gauche
En Violet, les pays dirigés par un parti centriste
En Bleu, les pays dirigés par un parti de droite ou centre-droit
En Noir, les dictatures militaires et pays sans élections ou partis politiques
En Gris, les pays dirigés par des indépendants ou n’utilisant pas de systèmes gauche-droite.

Communist_States

Notes :
– Certains pays ne figuraient pas sur la carte que j’ai utilisée. Il s’agit par exemple du Soudan du Sud, qui n’existe que depuis peu, mais aussi certains états non-reconnus internationalement (Kosovo) ou encore des groupes d’îles (Seychelles).
– Le cas des Etats-Unis est définitivement compliqué. Même s’il existe un parti socialiste et un parti de droite aux USA, la scène politique est dominée par les partis Républicains et Démocrates, tellement gros qu’ils possèdent eux-même différentes sensibilités. Depuis Bush au début des années 2000, le parti Républicain a effectué un virage à droite complet. Pour rester en jeu, les démocrates, assez à gauche durant cette période, ont viré vers le centre. Actuellement, c’est le parti démocrate qui dirige le pays, en la personne de Barack Obama, un pur centriste. C’est pourquoi le pays est ici coloré en violet.

Si je devais analyser cette carte et comparer le monde de gauche au monde de droite, je dirais que la scène politique mondiale est largement influencée par deux évènements contemporains :
– La guerre froide et son issue
– La décolonisation
Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le monde est divisé entre les pays et régions libérées par les américains et ceux libérés par les soviétiques. Les deux superpuissances s’opposant alors, c’est sur la ligne finale séparant l’avancée des deux armées (entre l’Europe de l’Ouest et celle de l’Est, entre la Russie et le Japon, entre la Corée du Sud et celle du Nord, etc.) que se constituent les « blocs », chacun composé d’un ensemble de pays prêtant allégeance à son « libérateur ». De fait, des régimes socialistes et communistes s’installent dans le bloc rouge, alors que des régimes capitalistes et de droite s’installent dans le bloc bleu. C’est la raison pour laquelle l’Europe de l’Ouest est profondément ancrée à droite.

Mais la guerre froide s’achève avec l’effondrement brutal du bloc soviétique et de son modèle idéologique. Les peuples qui vivent sous la répression des régimes communistes pro-russes se soulèvent, et dans l’ancien bloc, des élections libres sont organisées. Ainsi, le peuple a naturellement voté par tout ce qui représente l’exact opposé de la répression. Et c’est ainsi que l’Europe de l’Est rejoint sa voisine de l’Ouest, à droite. Bref, l’Europe est un continent de droite, et les exceptions socialistes, telles que la France, représentent des taches récentes dans un bleu massif – et témoignent d’un modèle de socialisme « à l’Européenne », très occidental. Le même phénomène de droitisation a eu lieu dans la majeure partie de l’Asie, sauf sur le bloc communiste composé par la Chine et ses dépendances. La Russie elle-même, a cheval entre l’Europe et l’Asie, est désormais dirigée par un parti de centre-droit, ce qui ne la rend pas pro-américaine pour autant, bien au contraire !

En Asie justement, l’exception à la droitisation post-répression soviétique de la guerre froide est constitué par le sous-contient indien. Dans le même temps, l’Afrique est surdominée par des régimes de gauche. Ces régions du monde étaient, à l’issue de la seconde guerre mondiale, des colonies des grandes puissances occidentales. Décolonisées parfois dans la force voire dans le massacre, c’est naturellement que le peuple se tourne, à l’inverse, vers un modèle de socialisme en rupture avec la politique de ceux qu’ils voient (encore ?) comme des impérialistes agresseurs. Une bonne partie de ces régimes étaient communistes a parti unique jusqu’à l’abandon de ce système pour du simple socialisme après la guerre froide. Par ailleurs, l’essor des mouvements panarabes, mouvement laïques et socialistes visant à unifier les différents pays arabes en une seule nation, conforte la position de la gauche en Afrique du Nord. Vous noterez d’ailleurs que le Nord de l’Afrique est bleu, car c’est en 2011 que les dictatures panarabes sont renversées par le « Printemps Arabe », et de la même façon, le peuple, qui vote enfin « pour de vrai », les remplacent par des partis conservateurs ou modérés de droite. L’Algérie, qui fut le seul pays du Maghreb insensible à cette vague démocratique, est le seul pays de la région a être encore de gauche. Cette insensibilité est moins due à l’inaction du peuple algérien qu’aux cicatrices tenaces d’une guerre civile contre les islamistes qui n’est pas si vieille que ça…

La situation de l’amérique du sud est différente. Elle hérite aussi des révolutions marxistes dans la région pendant la guerre froide. Même si ces pays n’étaient déjà plus colonisés, les dictatures conservatrices qui s’y trouvaient étaient largement soutenues par les américains qui avaient besoin de leur poids pour contrer le communisme. Cela n’a servi qu’a nourrir les guerilla anti-américaines – et aujourd’hui, la guerre froide terminée, la « révolution socialiste » se poursuit dans ces pays, qui voient en les USA le méchant de l’histoire.

On peut donc voir que l’histoire politique du monde démontre de l’établissement de régimes totalement opposés à ceux qui, pendant trop longtemps, ont tiré sur la corde sensible de l’oppression. Ainsi, la chute des communistes est-européen a porté la droite au pouvoir dans la région. Celle des dictatures sud-américains a porté le socialisme en héros. Et celle des dictature panarabes socialistes ont amené a l’essor de tout ce qu’elles ont tenté de réprimer : l’islamisme, modéré ou extrémiste. Si aujourd’hui, des dictatures socialistes sudaméricaines ou africaines s’effondrent, elles seraient remplacées par des régimes de droite conservateurs. Si aujourd’hui, les nouvelles démocraties maghrébines, dominées par les islamistes, aboutissent a une dictature, demain ces pays seront dominés par l’exact contraire de l’islamisme.

Faut-il que ça arrive ?

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s